Être une entreprise libérée, c’est pas si facile…

Ci-contre le lien où vous pourrez trouver le documentaire d’Arte sur le Bonheur au travail… : http://info.arte.tv/fr/le-bonheur-au-travail

On y trouve, entre autres choses, des exemples intéressants « d’entreprises libérées » ( !), qui ont fait le choix de supprimer la hiérarchie intermédiaire, afin de miser sur la responsabilité participative. Il y a là des expériences attrayantes, et puis… on voit parfois comment le discours peut aussi se retourner !

On donne une autonomie totale aux salariés en termes d’horaires ? Quelle liberté !, mais au risque de ne plus compter ses heures, et de nuire à l’équilibre vie privée – vie professionnelle. L’équilibre tient alors à la capacité de chacun d’affirmer les limites, et au bienfondé des objectifs assignés… On fait confiance aux salariés, et les chefs ne contrôlent plus ? C’est que tout le monde contrôle tout le monde, et que la pression est portée par tous… On fait tomber les murs, et on travaille en open-space sans place assignée ? Plus personne n’est chez soi. Une responsable prône la chasse à l’ego : « l’egoless », pour s’affranchir de ses travers… Très bien, sauf qu’à pousser le raisonnement, lorsqu’il n’y a plus d’ego, c’est qu’il n’y a plus d’individus…

Allez, il y a là vraiment des choses intéressantes, mais il n’y a pas de solution miracle : toute organisation porte en elle ses vertus, ses limites, et ses possibilités d’abus.

 

Laisser un commentaire